Voir vos messages    Voir vos messages  
 + Enregistrement
  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

    Reseaux sociaux

  • deviantart
  • Flux rss
  • Twitter
  • facebook
  • stuble
  • delicious
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !




Reportage touristique : "A Paris, coule la Seine"

Publié par Napopo le 20/05/2008 02:10:00 (4901 lectures) Articles du même auteur

Une flânerie romantique le long du fleuve
A Paris, sur les rives de la Seine, un axe piétonnier permet à la fois d’apprécier l’activité courant le long des quais et d’admirer les splendides édifices historiques bordant le fleuve. Une ballade quasi-obligatoire pour voir d’un autre œil : la Tour Eiffel, les superbes ponts, la Conciergerie, Notre-Dame, le Louvre, le jardin des Tuileries,…etc. Téléchargez les guides de Paris de Napopo pour visiter la belle capitale française.







Fleuve serpentant au cœur même de Paris, la Seine, telle une douce caresse, effleure de ses méandres de longs quais de pierres blanches, se faufile sous d’élégants piliers des nombreux ponts qui l’enjambent, clapote sur les parois de péniches accostées çà et là, frôle respectueusement une myriade d’édifices plusieurs fois centenaires, courbe l’échine pour laisser lentement glisser un frêle esquif, étincelle de toutes ses eaux pour émerveiller les promeneurs qui la contemplent…

UNE ROMANTIQUE MARCHE AU BORD DE L’EAU

Certes, il existe une infinité d’itinéraires pour découvrir Paris, cependant l’un d’entre-deux est particulièrement remarquable, il suit la colonne vertébrale historique de cette ville splendide. Il s’agit de l’axe fluvial, autour duquel la cité s’est façonnée depuis 2 000 ans, la Seine. Elle divise longitudinalement la ville en deux parties distinctes, autrefois marécageuses. Les grandes crues centennales ne manquent d’ailleurs jamais de le rappeler. Les inondations de 1658, 1740, 1808 et 1910 ont reconquis pour un court laps de temps, les terres qui leur ont été retirées. Les berges du fleuve, autrefois espaces d’intenses activités de part leurs nombreux ports, ont laissées place à des voies de circulation pour alléger le trafic urbain. Aujourd’hui, classée au patrimoine mondial par l’UNESCO, une grande partie des quais a été rendu aux piétons. Ainsi, par une romantique marche au bord de l’eau tout au long de ces berges, chacun peut découvrir les splendeurs de Paris d’une manière insolite, loin de l’agitation et de la cohue des rues adjacentes.

Cliquez ici pour téléchargez les guides des musées, expositions, hôtels,... de Paris de Napopo pour visiter la capitale.

ROBE LEGERE EN DENTELLE DE FER

C’est dans l’ouest de la ville que l’on peut conseiller de démarrer cette belle randonnée. Juste au pied de la Tour Eiffel. Tel l’animal voulant s’abreuver,  cette dernière a planté deux de ses pieds au bord de la Seine. Ses 324 m apportent une dimension verticale à la ville. Construite pour l’exposition universelle de 1889, en commémoration des 100 ans de la révolution française, elle devait être démontée quelques temps après l’événement. Ayant su se rendre indispensable par les nombreux services qu’elle rend toujours, elle fut sauvée de la destruction et s’installa définitivement au bord de l’eau. Ses antennes émettent et reçoivent bon nombre de communications, depuis le balbutiement des ondes radios jusqu'à l’ère toute récente de la diffusion numérique. Cette grande dame a aussi su habillement faire oublier ses proportions monumentales au travers de sa robe légère en dentelle de fer puddlé.

A son revers s’étend le champ de Mars. Cet ancien terrain d’entraînement militaire était auparavant intégré à l’école militaire, auquel il est accolé et dont les splendides bâtiments furent construits sous Louis XV. Transformé au gré des besoins, tantôt en hippodrome, en lieu d’expositions, de manifestations, le champ de Mars est pour le moins un parc de promenade. Il est couvert d’une longue pelouse d’herbe verte, délimitée par des rangées d’arbres où d’intimes squares dissimulent de fougueux amours.

Tandis que face à la tour, l’exceptionnelle perspective se prolonge sur l’autre rive du fleuve par le pont d’Iéna, traverse ensuite le jardin du Trocadéro et s’achève sur l’architecture plutôt froide du palais de Chaillot. Le pont d’Iéna construit en souvenir de la bataille remportée en 1805 en Prusse par Napoléon Ier, comporte à chaque angle quatre sculptures de guerriers : romain, gaulois, arabe et grec.

UN « BUS-BATEAU »

Par un grand escalier, accolé au pont, on descend sur les quais couverts de pavés. Là, un « bus-bateau » accosté au ponton attend ses passagers qu’il déposera en divers arrêts tout au long du fleuve. Les parisiens ont développé d’autres moyens de transport en commun comme ces bus maritimes. Bien que plus coûteux, c’est autrement plus agréable que de prendre le métro où l’air confiné et malsain asphyxie lentement ses usagers.

Un trafic important courre sur la Seine. En permanence se suivent des barges transportant matériaux, minerais…, entre lesquelles s’insèrent une succession sans fin des célèbres « bateaux mouches » débordant de touristes ébahis devant les beautés de la capitale. Il y a aussi de luxueuses péniches de croisières aménagées pour recevoir : dîners d’affaires, spectacles, mariages, réceptions privées…

ERIC, MAITRE D’HOTEL SUR LE « PARIS »

Eric, maître d’hôtel, travaille régulièrement sur « Le Paris ». Fastueux bateau de croisières, son sol est habillé d’un parquet de bois clair et bien ciré. Des nappes en tissu coloré couvrent les tables sur lesquelles s’élèvent des verres à pieds en cristal emplis d’un délicieux vin rubicond. Les passagers de ce dîner d’affaires semblent réjouis de la croisière. « Je ne suis pas indifférent à ce cadre de travail. Précise Eric. Quand le service n’est pas trop dense, j’aime admirer la beauté du paysage qui défile sous nos yeux ». Il est vrai que tout au long de cette croisière sur la Seine, ce sont des décors exceptionnels qui se succèdent de part et d’autre des deux rives du fleuve. « Mon plus beau souvenir, ajoute Eric, c’est une arrivée grandiose du bateau à minuit au pied de la tour Eiffel le jour de la fête nationale, le 14 juillet. Nous étions en parfaite synchronisation avec le début du grand feu d’artifice qui s’enflammait devant nous. Nous ne pouvions rêver meilleure place ».

L’ELEGANCE D’UNE AVENUE PRINCIERE

Après quelques minutes de marche à l’ombre sous les marronniers bordant le rivage, à la recherche du cadrage parfait un photographe effectue de curieuses contorsions. Son sujet n’est rien de moins que le sublime pont Alexandre III, l’un des plus beaux de Paris et surtout le plus large. Construit fin 18ème siècle, en hommage à l’empereur de la grande Russie, il symbolise l’alliance franco-russe.  C’est un chef d’œuvre d’architecture bénéficiant d’une décoration luxuriante. 32 candélabres repartis équitablement sur ses flancs lui apportent l’élégance d’une avenue princière. Tandis que quatre pylônes d’une quinzaine de mètres, surmontés de Pégases dorés, lui donnent l’éclat d’une porte royale. A la base de chacun d’eux, quatre statues allégoriques représentent quatre époques de la France, celle de Charlemagne, de la Renaissance, de Louis XIV et la France contemporaine. Ce pont permet de joindre en un trait de crayon, l’Hôtel des Invalides, construit par Henri IV pour abriter les invalides de guerres, aux Petit et Grand Palais se faisant face sur l’autre rive. Ils ont été bâtis pour l’exposition universelle de 1900.

LA SANGLANTE REVOLUTION DE 1789

Longeant le très réputé quai d’Orsay, une pause au numéro 37 permet d’admirer la façade dissimulée de l’hôtel du Ministère des Affaires Etrangères datant du Second Empire (1855). Son voisin, le Palais Bourbon, dont la façade au péristyle de douze colonnes élevé sur un gradin de trente marches n’est pas moins réputé : c’est l’Assemblée Nationale, siège de la chambre des députés. Il fait face au pont de la Concorde, lequel conduit à la place du même nom. Epicentre de la ville, si la place de la Concorde pouvait parler, elle raconterait beaucoup sur l’histoire de Paris. Au temps où elle portait encore le nom de place Louis XV, elle fut témoin de la sanglante révolution de 1789, où avait lieu les exécutions par l’usage notamment de la guillotine. L’obélisque, séparé de son frère jumeau résidant toujours dans son pays natal à Louqsor en Egypte, s’est imposé au centre de cette place tel un axe de rotation. Autour de lui tournoient indéfiniment automobiles, bicyclettes, bus, piétons,… aucun ne prête la moindre attention, au grand âge de cette colonne en pierre monobloc de 30 siècles et doyenne de la cité parisienne.

LE LOUVRE, PLUS GRAND MUSEE DU MONDE

Remontant toujours le fleuve, on longe le jardin des Tuileries, l’un des plus beaux et des plus vastes de la capitale. Autour du grand bassin octogonal, tranquillement assis sur des chaises, les parisiens se laissent aller dans leurs songes tandis que d’autres se plongent dans des lectures studieuses. Sous les grands ormes, cachés derrière de sensuelles sculptures de marbres, des couples plus frivoles se content  langoureusement fleurette. Dans le prolongement des Tuileries, les colossaux bâtiments du Louvre s’associent harmonieusement à l’ensemble. Cumulant les superlatifs depuis ses anciennes fonctions de plus grand palais royal de France à celle actuel de plus grand musée du Monde, le Louvre semble teinté d’une personnalité narcissique. Jamais il ne cesse d’admirer son long reflet dans le miroir naturel formé par les eaux de la Seine.

LE BOUQUINISTE DE L’EMPEREUR

« Je suis le bouquiniste de l’Empereur » lance fièrement Michel. Situé sur le quai Malaquais, Michel fait partie de l’enfilade des traditionnels bouquinistes établis le long des rives du fleuve. Cela fait plus de 13 ans qu’il exerce ce métier original. Pour résister aux grandes librairies du boulevard Saint Michel, mais aussi par passion, il s’est spécialisé dans les livres se rapportant à Napoléon. Il en possède plus de 8 000, au point d’être devenu la référence parisienne sur le sujet. D’autres comme lui se sont spécialisés dans la cuisine, l’art…

A la tombée de la nuit, Paris et son architecture s’illuminent de mille feux. Sur le pont des Arts, deux parisiennes s’interrogent sur la fonction d’un magnifique bâtiment en pierre, leur faisant face sur le quai de Conti. Illuminée et érigée sur deux niveaux, deux ailes en demi de cercle entourent une chapelle surmontée d’un dôme. La symétrie est parfaite. C’est ici l’institut de France ou Parlement des Savants. Un haut lieu de la culture française puisqu’il regroupe les cinq académies : l’Académie française, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’Académie des sciences, l’Académie des beaux-arts et l’Académie des sciences morales et politiques.

IL FAIT BON VIVRE… AU BORD DE LA SEINE

Tel des joyaux ornant une bague, les îles de la Cité et Saint-Louis embellissent merveilleusement la Seine. Embryon de l’agglomération, l’île de la Cité était il y a 2 000 ans un minuscule village. Après la victoire des Francs sur les Romains, la ville prît le nom définitif de son peuple : les Parisii. C’est aussi le début des grandes constructions chrétiennes comme la cathédrale Notre-Dame, un autre grand symbole de la ville. Sur le parvis, des virtuoses de l’acrobatie en rollers font de l’esbroufe en accomplissant des figures toujours plus dangereuses. Au pied de la cathédrale, sur le quai, un groupe de musiciens entame un concert improvisé. Rapidement une foule s’agglutine au bord de l’eau et dans les marches d’un grand escalier profitant du spectacle gratuit. Plus loin, des péniches transformées en bars ont fixé les amarres. Il règne ici une atmosphère extrêmement poétique. Assis le long du quai, un groupe d’amis a organisé un chaleureux pique nique. Les pieds en suspension au dessus de l’eau, l’un d’eux entonne, avec l’aide de sa guitare, quelques airs de chansons françaises… Sans aucun doute, il fait bon vivre à Paris au bord de la Seine…

Cliquez ici pour téléchargez les guides des musées, expositions, hôtels,... de Paris de Napopo pour visiter la capitale.

Note: 10.00 (1 vote) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Signets Sociaux
Mettre en favoris dans Blinklist Mettre en favoris dans del.icio.us Mettre en favoris dans Digg Mettre en favoris dans Fark Mettre en favoris dans Furl Mettre en favoris dans Newsvine Mettre en favoris dans Reddit Mettre en favoris dans Simpy Mettre en favoris dans Spurl Mettre en favoris dans Yahoo Mettre en favoris dans Balatarin Mettre en favoris dans Faceboom Mettre en favoris dans Twitter Mettre en favoris dans Scripstyle Mettre en favoris dans Stumble Mettre en favoris dans Technorati Mettre en favoris dans Mixx Mettre en favoris dans Myspace Mettre en favoris dans Designfloat Mettre en favoris dans Google Plus Mettre en favoris dans Google Reader Mettre en favoris dans Google Bookmarks
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site Internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 8 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10