Voir vos messages    Voir vos messages  
 + Enregistrement
  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

    Reseaux sociaux

  • deviantart
  • Flux rss
  • Twitter
  • facebook
  • stuble
  • delicious
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !




Joëlle fait du cargo : expérience locale en Tuhaa-pae

Publié par L'équipière le 03/04/2008 23:29:46 (2638 lectures) Articles du même auteur

Je croyais avoir tout experimenté en matière de transports locaux. Grave erreur! Le Tuhaa-pae, cargo mixte valant plus cher en peinture qu'en feraille, et devant m'emmener aux australes, me reservent quelques surprises de taille. Les choses devaient se savoir car je fus la seule  passagère à poser mon sac à dos sur le pont huileux.







A la decouverte de ma couchette, un brusque decouragement me saisit. Oh non merde!  là c'est trop. Je m'étais pourtant promis de ne plus m'imposer ce genre d'équipée sauvage, jugeant que j'avais passé l'âge de ces conneries, sans pour autant partir au club med.                                                                   

 

Devant  moi un baraquement surchauffé  posé sur le pont ,où sont alignés un trentaine de bas flancs superposés, devant lesquel, les marins de la Bounty auraient sûrement fait les chochottes! Les lieux sont déjà tous occupés par les cafards qui visiblement se la coulent douce en se prelassant sur les matelas de sky, noir de crasse. 

 Je découvre alors avec stuppeur que je vais partager mon logis et mes nuits avec tout l'équipage, une dizaine de malabars aux faciès de tueur, tatoués des pieds à la tête, et ne parlant que par grognements. Doux jésus! qu'allais je encore faire en cette galère. On se devisage les uns les autres, un peu gênés, eux semblant se demander ce qu'une popa'a apparamment saine d'esprit peut bien faire là et moi cherchant du coin de l'oeil la couchette pouvant m'offrir un semblant d'intimité. Je me prépare un petit nid, me calfeutre avec tout ce que je trouve et au prix d'une asphyxie prononcée ,me fabrique une banette bien close, si tant est qu'un paréo transparant soit une barrière efficace en la matière. L'oeil indiscret et l'air  ne passent plus, les odeurs si. J'ai ainsi l'impression de m'installer dans la cuvette d'un chiot après le passage d'une bordée de marins bretons fêtant la quille!

Dans un tremblement de vieillard asthmatique, le cargo s'ébranle enfin , son gros museau renifle et trouve la passe comme un toutou épris de liberté, le lagon nous ouvre ses portes, l'océan est devant nous! Cinq jours a passer dans le bruit infernal des moteurs, les odeurs qui se telescopent, la crasse qui me rhabillent jour après jour. 

Des le lendemain la glace est rompue avec mes matelots , il ne faisait aucun doute que sous leur mine de guerrier maori se cachaient des coeurs de chamallow battant à l'unisson. Tous se bousculent pour me proposer un fruit , un gateau, un sourire, un moment à partager, où ils veulent savoir ou je vais, ce que je fais, si j'ai un mari... Je rentre dans une espece de lethargie bienheureuse, les heures s'egrennent au compte goutte. Rien, il ne se passe rien, hormis la nature qui pulse autour de moi, sa majeste la mer a repris ses droits, bien peu de choses pour vous interpeller si ce n'est l'envol de l'exocet affolé par les flancs du navire, drole d'animal hesitant entre le poisson et l'oiseau et  qui a choisi d'être les deux!  Le soleil qui me pourchasse d'un bord a l'autre et se rit de me deloger ainsi, le grain de passage qui fait fumer la tôle surchauffée, tout cela rempli une journée l'air de rien, sans y paraître.

Je partage mes repas avec tous à la cantine , où je grignotte mes tartines de miel tandis qu'eux s'envoient des steaks de mammouth ensevelis sous des frites smayo dés 9 heures du matin. Le cuistot qui doit bien peser ses 120 KG m'a pris en affection et semble consterné devant mon appetit de moineau, je n'ose lui dire que je n'ai pas les moyens de m'offrir un repas par jour au resto , il me propose sans cesse des doses de nourritures pour balaineau affamé!

Ainsi passent 5 jours qui en paraissent 10, et se perdent dans les couloirs du temps. La fin de la route n'est plus très loin ,  c'est heureux car assourdie par le vacarme ininterrompu, j'ai l'impression d'avoir passé mes nuits dans le gros bourdon de Notre Dame. Nul doute que je vais me transformer en quasimodo si l'aventure dure trop longtemps;

Et puis un matin Raivavae couronne l'horizon, elle passe pour une des plus belles iles de polynésie et moi du haut du pont je vote pour.! Un lagon a vous damner, un petit piton rocheux serein et contemplatif, une colline avec sa crête de cocotiers bien droite comme les écailles sur le dos d'un stégosaure, je sens que je vais me plaire ici!

Me voilà arrivée, sale comme un bougnat, épuisée, a moitié sourde, mais heureuse!

Note: 9.00 (9 votes) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Signets Sociaux
Mettre en favoris dans Blinklist Mettre en favoris dans del.icio.us Mettre en favoris dans Digg Mettre en favoris dans Fark Mettre en favoris dans Furl Mettre en favoris dans Newsvine Mettre en favoris dans Reddit Mettre en favoris dans Simpy Mettre en favoris dans Spurl Mettre en favoris dans Yahoo Mettre en favoris dans Balatarin Mettre en favoris dans Faceboom Mettre en favoris dans Twitter Mettre en favoris dans Scripstyle Mettre en favoris dans Stumble Mettre en favoris dans Technorati Mettre en favoris dans Mixx Mettre en favoris dans Myspace Mettre en favoris dans Designfloat Mettre en favoris dans Google Plus Mettre en favoris dans Google Reader Mettre en favoris dans Google Bookmarks
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site Internet*
Message*
Code de Confirmation*
5 - 1 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10