Voir vos messages    Voir vos messages  
 + Enregistrement
  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

    Reseaux sociaux

  • deviantart
  • Flux rss
  • Twitter
  • facebook
  • stuble
  • delicious
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !




La Hongrie, laboratoire du souverainisme économique

Publié par Jean Quatremer le 04/01/2012 17:55:53 (324 lectures) Articles du même auteur
  La cause semble entendue : tout le monde condamne ou, au moins, s’inquiète de la dérive autoritaire de « Viktator » Orban, le dirigeant conservateur hongrois qui, fort de sa majorité des deux tiers au Parlement (et 52 % des voix), vient, une nouvelle fois, de modifier ...






  RTXXKO4_CompLa cause semble entendue : tout le monde condamne ou, au moins, s’inquiète de la dérive autoritaire de « Viktator » Orban, le dirigeant conservateur hongrois qui, fort de sa majorité des deux tiers au Parlement (et 52 % des voix), vient, une nouvelle fois, de modifier la Constitution magyare afin de renforcer son emprise sur son pays. Je suis évidemment particulièrement inquiet de ce qui se passe en Hongrie : mais rien d’étonnant pour un Européen convaincu comme moi, incarnation du plumitif défenseur de la pensée unique et de l’ordo-libéralisme comme le disent les souverainistes de gauche et de droite. Donc, je ne vais pas vous infliger un énième pensum sur « Viktator » et ses dérives : il suffit de lire la presse de ces derniers jours. Non, je veux ici vous faire part de mon incompréhension, comme l’a fait Brice Couturier dans sa chronique matinale sur France Culture : pourquoi Viktor Orban n’a-t-il pas reçu un fort soutien des souverainistes et de tous ceux qui veulent en finir avec l’euro et la construction communautaire (enfin, disons, pour ne pas m’exposer à un inutile procès d’intention, à « cette Europe là ») ? Car il ne fait que mettre en œuvre une bonne partie de leurs recommandations en cherchant, comme il le dit, « un modèle alternatif au capitalisme occidental » et à l’euro.


 




Citons les mesures qu’Orban a prises et qui devraient faire bondir de joie nos souverainistes : refus de facto de rejoindre l’euro (il faudra une majorité des deux tiers), fin de l’indépendance de la Banque centrale, ce qui rend possible la monétisation des dettes et l’utilisation de ses réserves, protectionnisme et nationalisme économique, taxation des « banksters » (60 %) et des grands groupes étrangers, dévaluation compétitive du forint (30 % en quelques mois), conversion forcée des emprunts privés réalisés en euros, renforcement du pouvoir de l’État sur l’économie, nationalisation des fonds de retraite privée, etc. Si cela n’est pas un refus de « l’ordo-libéralisme », je m’y perds. L’homme a le courage de s’opposer frontalement à la « dictature des marchés » et, au nom de la souveraineté de la « nation hongroise », fait un gigantesque bras d’honneur à l’Europe et au monde. Est-ce un hasard les États-Unis, temple de l’ultralibéralisme, et ses serviteurs, la Commission et la Banque centrale européenne (BCE), ont tapé du poing sur la table ? « Personne ne peut intervenir dans le processus législatif hongrois », a déclaré virilement Orban à ces agents de l’étranger, la souveraineté populaire ne se négociant pas.


RTR2OA4W_CompOr, la Hongrie qui met en place toutes les recettes préconisées par les souverainistes pour en finir avec la crise de la dette souveraine se retrouve seule face aux critiques des tenants de l’orthodoxie libérale, c’est vraiment trop injuste ! Nos contempteurs de l’euro devraient pourtant faire le pèlerinage de Budapest pour assister, in vivo, au résultat de leurs préconisations. Où sont Jean-Luc Mélenchon, Philippe de Villiers, Jean-Pierre Chevènement, Nicolas Dupont-Aignan, Marine Le Pen, mais aussi nos docteurs « doom »,  Jacques Sapir, Christian Saint-Etienne, Emmanuel Todd (qui doit voir là le triomphe de ses thèses sur la structure familiale hongroise), etc.


Bon, disons-le, le national dirigisme ne marche pas très fort. La Hongrie est isolée diplomatiquement, mais ça ce n’est pas grave, son économie s’effondre, et ça c’est plus grave : les investisseurs fuient le pays, sa dette (moins élevée que celle de la France) est classée parmi les « junks bonds »,  la cagnotte des fonds de pension (11 milliards) est partie en fumée, le gouvernement doit solliciter l’aide de l’UE et du FMI, une nouvelle fois après 2008, pour ne pas faire faillite, la dévaluation n’a réglé aucun des problèmes structurels du pays, le chômage augmente, etc, etc. Mais, il y a une explication : il faut laisser du temps au temps (celui qu’on refuse à la zone euro, sans doute) et l’Union européenne, tant qu’elle existera, fera tout pour faire échouer cette expérience remarquable de souverainisme dans un seul pays… Bref, par sa seule existence, l’euro nuit à la Hongrie.


RTR2O1IR_CompDes esprits chagrins me feront remarquer qu’Orban est un homme de droite, d’où le silence des souverainistes de gauche. Certes, il n’aime ni l’avortement (interdit de fait désormais), ni les homosexuels (le mariage leur est constitutionnellement interdit). Certes, il aime la religion et n’aime pas les impôts (16 % pour tout le monde). Je comprends que ce soit dur à avaler. Mais l’accuser d’être liberticide, ce n’est pas un peu exagéré ? On lui reproche d’avoir bâillonné les juges constitutionnels et mis au pas les médias dominés par la « pensée unique ». Mais sur le premier point, n’a-t-il pas raison ? Peut-on laisser des technocrates non élus remettre en cause la volonté du peuple ? Et la liberté de la presse n’est-elle pas qu’un prétexte pour permettre à la « pensée unique » de se donner libre court ? Combien parmi ceux qui vont lire ce billet aimeraient me faire taire ? Hein ? Soyez honnête.


De même, il a modifié le système électoral et le découpage des circonscriptions afin de lui garantir une majorité encore plus forte aux prochaines élections, ce qui n’est pas très démocratique. Mais, en réfléchissant bien, la France a-t-elle des leçons à donner ? N’est-ce pas Viktor Orban, heu Nicolas Sarkozy, qui nomme directement les PDG du service public ? Et la plupart des médias ne sont-ils pas contrôlés par des amis du pouvoir (Dassault, Bouygues, Lagardère) ? Qui nomme les membres du CSA ? Et nos juges constitutionnels ? Y a-t-il une place garantie pour l’opposition ? Et le pouvoir en place ne triture-t-il pas régulièrement la carte électorale ? La liberté est-elle si bien protégée chez nous ? Les homosexuels peuvent-ils se marier ? Les immigrés ont-ils la vie facile ? Réfléchissez, amis souverainistes de tous bords, vous verrez qu’Orban n’a guère le choix s’il veut en finir avec l’ordo-libéralisme et les forces revanchistes qui ne rêvent que d’une chose, interrompre cette expérience originale. C’est pour cela qu’il veut se maintenir au pouvoir : pour aller jusqu’au bout, pour donner du temps au temps. Et nulle doute que l'UE et la Cour européenne des droits de l'homme vont tout faire pour lui compliquer la tâche et se mettre en travers de la volontaire populaire hongroise. La première a déjà menacé de ne pas lui accorder un prêt d'urgence, ce qui montre bien les forces qui sont à l'oeuvre. La Hongrie est votre avenir.


 


Photos: Reuters

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Signets Sociaux
Mettre en favoris dans Blinklist Mettre en favoris dans del.icio.us Mettre en favoris dans Digg Mettre en favoris dans Fark Mettre en favoris dans Furl Mettre en favoris dans Newsvine Mettre en favoris dans Reddit Mettre en favoris dans Simpy Mettre en favoris dans Spurl Mettre en favoris dans Yahoo Mettre en favoris dans Balatarin Mettre en favoris dans Faceboom Mettre en favoris dans Twitter Mettre en favoris dans Scripstyle Mettre en favoris dans Stumble Mettre en favoris dans Technorati Mettre en favoris dans Mixx Mettre en favoris dans Myspace Mettre en favoris dans Designfloat Mettre en favoris dans Google Plus Mettre en favoris dans Google Reader Mettre en favoris dans Google Bookmarks
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site Internet*
Message*
Code de Confirmation*
3 + 7 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10