Voir vos messages    Voir vos messages  
 + Enregistrement
  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

    Reseaux sociaux

  • deviantart
  • Flux rss
  • Twitter
  • facebook
  • stuble
  • delicious
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !


Kronenbourg souhaite changer l’image de la bière

Publié par Stassi le 16/02/2008 02:00:00 (4587 lectures) Articles du même auteur
D’après Brasseurs de France, 20,2 millions d’hectolitres ont été vendus en 2006, ce qui correspond à une baisse de 0,4% par rapport à 2005. “Entre l’été et l’hiver, la consommation varie du simple au double“, indique à la séquence économie du Journal du Net Fabien Duvilla, directeur de la marque Kronenbourg. En France, Kronenbourg détient 19,7% de parts de marché sur le secteur alimentaire, à savoir les ventes en magasins, contre 14,3% de parts de marché en valeur pour l’hollandais Heineken. Pour relever la tête, la firme a mis le paquet en lançant à la fin 2006 le Beertender, qui permet de réaliser chez soir une bière pression. Réalisé avec le concours de Seb, l’objet ne permet cependant que d’utliser de la bière maison. La machine sans fût est vendue au prix de 249,99€.






De plus, le concept Culture bière a été décliné sous forme d’une boutique sur les Champs-Elysées, à Paris. Le nouveau terrain d’affrontement entre les deux marques réside dans le succès du panaché en période estivale. Moins alcoolisé que la bière traditionnelle, il permet de toucher une cible familiale mais peine à recruter de nouveaux clients et à interesser la grande distribution. “Cela nous intéresse de rester acteur sur ce marché car nous arrivons à toucher un noyau familial et à capter de nouveaux consommateurs, comme les amateurs de soft-drinks“, déclare au mensuel professionnel Rayon Boissons Philippe Ligouy, chef de produits sans alcool aux Brasseries Kronenbourg. Les brasseries françaises ont produit 16 millions d’hectolitres de bière l’année dernière. Les ventes ont chuté de 25 % en vingt-cinq ans. En 2006, la consommation française s’élevait à 20,2 millions d’hectolitres, soit 33 litres par an et par habitant. En Europe, l’Irlande et l’Allemagne sont devant, avec 124 et 121 litres par an et par habitant.

Les matières premières agricoles au coeur de la fabrication

Quatre ingrédients principaux rentrent dans la fabrication de la bière: l’eau, qui doit être exempte de toute bactérie. 95% des brasseries ont leur propre puits naturel ou leur propre source. L’orge, une céréale présentant l’avantage de pouvoir se conserver longtemps après la récolte. Elle doit d’abord être maltée (voir ci-dessous) pour pouvoir renter en ligne de compte dans la fabrication de la bière. S’ajoutent aussi à cette liste le houblon, qui donne l’amertume à la bière, et les levures, transformant les sucres du moût en alcool et en gaz carbonique. Certaines épices peuvent également être employées.

Première étape de la fabrication de la bière, le maltage. Il a pour but de faire germer les grains d’orge afin qu’ils puissent être employées dans la fabrication de la bière. Il dure entre cinq et dix jours. Les grains sont immergés dans l’eau, puis à les laisser germer pendant cinq jours avant d’interrompre le processus de germination en injectant de l’air chaud pour les sécher à environ 65°C (touraillage).

Ensuite, vient le brassage, le temps de la fabrication du moût. Les grains de malt sont d’abord écrasés – c’est l’étape du concassage – de manière à ce qu’ils puissent se dissoudre dans l’eau. De l’eau chaude est ajoutée, à une température progressivement augmentée de 30°C à 75°C. Les enzymes commencent alors leur travail et transforment les amidons en sucres et les protéines en acides aminés, indispensables à l’alimentation des levures. Un jus sucré très chaud est obtenu, puis filtré par le biais d’enveloppes de grains concassés qui se trouvent au fond de la cuve. C’est alors qu’est obtenu le moût, liquide qui va dans les cuves où le houblon y est ajouté (110 à 300 grammes par hectolitre). Le moût est ensuite refroidi afin de permettre son ensemencement par les levures.

La fermentation est l’étape qui suit. Celle-ci consiste à ajouter la levure au moût refroidi. Cet ajout provoque la transformation des sucres en alcool et en gaz carbonique et confère une grande partie du goût à la bière. Trois types de fermentations principaux sont distingués en Belgique (basse, avec des levures à des températures comprises en 6 et 10°C, haute, avec des levures actives entre 15 et 25°C, et spontanée, spécifique à la région de Bruxelles, qui dépend de certains micro-organismes). Enfin, beaucoup de brasseurs ajoutent à la bière de multiples substances.

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Signets Sociaux
Mettre en favoris dans Blinklist Mettre en favoris dans del.icio.us Mettre en favoris dans Digg Mettre en favoris dans Fark Mettre en favoris dans Furl Mettre en favoris dans Newsvine Mettre en favoris dans Reddit Mettre en favoris dans Simpy Mettre en favoris dans Spurl Mettre en favoris dans Yahoo Mettre en favoris dans Balatarin Mettre en favoris dans Faceboom Mettre en favoris dans Twitter Mettre en favoris dans Scripstyle Mettre en favoris dans Stumble Mettre en favoris dans Technorati Mettre en favoris dans Mixx Mettre en favoris dans Myspace Mettre en favoris dans Designfloat Mettre en favoris dans Google Plus Mettre en favoris dans Google Reader Mettre en favoris dans Google Bookmarks
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site Internet*
Message*
Code de Confirmation*
1 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10