Voir vos messages    Voir vos messages  
 + Enregistrement
  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

    Reseaux sociaux

  • deviantart
  • Flux rss
  • Twitter
  • facebook
  • stuble
  • delicious
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !




Climat: l'après-Copenhague sera européen

Publié par Jean Quatremer le 30/12/2009 23:00:00 (512 lectures) Articles du même auteur

Le temps ne fait rien à l'affaire: depuis le demi-échec du sommet de Copenhague, les commentaires politiques et médiatiques ont quasiment tous été dans le même sens., tel un choeur antique. Copenhague serait un échec européen et aurait marqué l'émergence d'un G2 composé des Etats-Unis et de la Chine






  J'ai déjà dit, ici, ce que je pensais de cette thèse qui sent son prêt-à-penser par son unanimisme. Deux chercheurs, Eloi Laurent et Jacques Le Cacheux, économistes à l’OFCE (Centre de recherche en économie de Sciences Po), m'ont fait parvenir un texte qui prend le contrepied du "europeanbashing" ambiant. J'ai décidé de le publier sur ce blog, l'ouvrant ainsi directement à des contributions extérieures, ce que je n'avais pas encore fait jusqu'à présent.

Une bien curieuse interprétation du malheureux épilogue du sommet de Copenhague circule en ce moment dans le débat public : l’Union européenne serait coupable de l’échec des négociations climatiques par omission. A l’évidence, les Etats-Unis et la Chine ont occupé le centre de la scène danoise, avec le brillant résultat que l’on sait, mais comment pouvait-il en être autrement ? Ces deux pays représentent près de 50% des émissions mondiales de gaz à effet de serre et leur confrontation est emblématique de la querelle sur la responsabilité respective des pays développés et émergents dans le changement climatique. Les divisions et les hésitations européennes n’ont certes pas aidé l’UE a parler haut et fort. Mais soyons sérieux : sans l’Europe, Copenhague n’aurait pas eu lieu. Et sans l’Europe, il n’y aura pas d’après-Copenhague.

 


Précisément du fait de son importance, la politique climatique européenne doit être soumise à une critique constructive, qui mette en rapport les ambitions affichées et les moyens déployés pour les atteindre. Mais il faut commencer par reconnaître qu’elle constitue la référence mondiale. Or le pouvoir normatif européen a bel et bien pesé à Copenhague : c’est parce que l’Union a inscrit dans le marbre de sa loi la limite de 2 degré de réchauffement qu’elle est devenue la règle commune ; c’est parce que l’Europe, au nom de sa responsabilité historique dans le changement climatique, s’est engagée unilatéralement dès 2007 à réduire de 20% ses émissions d’ici à 2020 alors qu’elle est la seule région du monde à tenir ses engagements de Kyoto, que les pays en développement ont accepté de s’asseoir à la table de Copenhague ; enfin, c’est parce que l’UE a amorcé la pompe du financement de l’adaptation dans les pays les plus exposés au changement climatique que des montants décents commencent à être envisagés dans « l’Accord de Copenhague ».


Mais l’influence européenne doit aller plus loin. L’Union européenne dispose en effet d’une avance capitale en matière d’instruments économiques capables de limiter les émissions de gaz à effet de serre au plan mondial, qu’il s’agisse des normes et standards techniques ou des marchés de permis d’émission. Les standards européens, par lesquels les producteurs de la planète doivent passer s’ils veulent avoir accès au plus grand marché du monde, constituent ainsi la véritable politique étrangère européenne. De même, l’Europe a mis en place la pièce maîtresse de l’effort coopératif global de réduction des émissions dont il va falloir, au cours de l’année 2010, définir les modalités : le marché européen des permis d’émission, ou marché européen du carbone. Celui-ci représente désormais deux tiers des transactions mondiales de carbone, ce qui signifie que tout accord de répartition des « crédits carbone » entre pays industrialisés et pays en développement, devra s’appuyer sur lui. Autrement dit, le prix mondial du carbone sera déterminé en Europe.


Parce qu’elle est en passe de devenir une puissance écologique, l’Union européenne ne peut pas aujourd’hui céder à la déception : elle doit au contraire redoubler d’efforts et consolider son avance écologique, qui se convertira progressivement en avance économique. Mais cela suppose de réformer sa politique climatique.


Dans une étude publiée récemment, nous montrons ainsi que le signal-prix émis par le Copenhague-sommet-climat-lib- marché européen du carbone est trop volatile et trop bas. Depuis la création de ce marché, en 2005, le prix de la tonne de CO2 s’est effondré par deux fois, d’abord de 65% entre avril et mai 2006, et à nouveau, de 75%, entre juillet 2008 et février 2009. Son prix actuel, autour de 14 euros, ne s’est pas encore remis des conséquences de la récession mondiale et il a y compris chuté de près de 9% après l’annonce du décevant « Accord de Copenhague ». Qui plus est, comme l’illustre l’exemple français, ce marché ne constitue pas non plus une boussole efficace pour les taxes carbone nationales : le gouvernement français a finalement opté pour une taxe de 17 euros, soit deux fois moins que les recommandations de la Commission Rocard, parce qu’il a pris comme référence le marché européen du carbone. On peut pourtant assez facilement améliorer son fonctionnement et faire de l’UE le centre d’un monde « décarboné ». L’un des scénarios que nous proposons consiste à le « fiscaliser » pour rendre son signal-prix plus prévisible, ses effets devenant alors comparables à ceux d’une taxe. Si elle devait s’accompagner d’une réforme du mécanisme du développement propre de Kyoto, cette réforme pourrait être la contribution la plus importante de l’UE à la lutte contre le changement climatique pour les décennies à venir.


Avant même d’avoir commencé, le sommet de Copenhague était à la fois déjà un succès, dans la mesure où aucun pays ne pouvait plus faire semblant d’ignorer le consensus scientifique sur le changement climatique, et déjà un échec, puisqu’il était clair qu’aucun traité ou protocole contraignant ne pourrait en sortir. Le succès tenait à l’Europe. L’échec revenait aux Etats-Unis. Rien ne s’est vraiment passé à Copenhague : au seuil de 2010, tout reste à faire, comme l’indiquent ces deux pages laissées en blanc en annexe du texte final. L’Europe tient, avec la question climatique, sa plus grande chance de changer le monde. Elle ne peut pas la laisser passer.


Eloi Laurent et Jacques Le Cacheux sont économistes à l’OFCE (Centre de recherche en économie de Sciences Po) et auteurs de l’étude: "Une Union sans cesse moins carbonée ? Vers une meilleure fiscalité européenne contre le changement climatique".

Photo du sommet: SIPA

Note: 0.00 (0 votes) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Signets Sociaux
Mettre en favoris dans Blinklist Mettre en favoris dans del.icio.us Mettre en favoris dans Digg Mettre en favoris dans Fark Mettre en favoris dans Furl Mettre en favoris dans Newsvine Mettre en favoris dans Reddit Mettre en favoris dans Simpy Mettre en favoris dans Spurl Mettre en favoris dans Yahoo Mettre en favoris dans Balatarin Mettre en favoris dans Faceboom Mettre en favoris dans Twitter Mettre en favoris dans Scripstyle Mettre en favoris dans Stumble Mettre en favoris dans Technorati Mettre en favoris dans Mixx Mettre en favoris dans Myspace Mettre en favoris dans Designfloat Mettre en favoris dans Google Plus Mettre en favoris dans Google Reader Mettre en favoris dans Google Bookmarks
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site Internet*
Message*
Code de Confirmation*
4 + 9 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10