Voir vos messages    Voir vos messages  
 + Enregistrement
  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

  • First Image

    web applications

    Lorema psum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

    Reseaux sociaux

  • deviantart
  • Flux rss
  • Twitter
  • facebook
  • stuble
  • delicious
Connexion
Identifiant :

Mot de passe :

Se souvenir de moi



Mot de passe perdu ?

Inscrivez-vous !


Elections Européennes, analyse des résultats : partie 1, nationale

Publié par Malakine le 08/06/2009 11:30:00 (313 lectures) Articles du même auteur
Tout ce qu’on sentait venir s’est confirmé hier soir dans les urnes : forte abstention, victoire de l’UMP, décrochage du PS, percée des verts, échec de Bayrou. La surprise aura été l’ampleur de tous ces phénomènes.






 

897361-1060333

Il est difficile de dégager un ou deux grands enseignements de ces élections. Chaque score doit être analysé avec prudence et souvent l’interprétation à donner est contraire à celle que les chiffres semblent indiquer immédiatement. La droite est en réalité minoritaire, le PS sort plutôt conforté, les extrêmes sont plus puissants qu’il n’y paraît. Il n’y a que deux conclusions qui ne souffrent d’aucune discussion possible: Bayrou est mort et Sarkozy a toutes les chances d’être réélu en 2012 !

 

 

 Un électorat tronqué par l'abstention

Avec un tel niveau d’abstention, il convient de regarder avec précaution ces résultats car celle-ci n’a pas affecté tous les électorats de la même manière. Il est très probable que les catégories populaires ont été fortement sous représentées dans ce scrutin, ce qui a eu pour effet de minorer les votes protestataires des extrêmes.

Rappelons que les catégories populaires constituent le principal facteur d’instabilité du système politique et la grande inconnue sur l’état réel du rapport de force aujourd’hui. Autrefois captées par le PCF, elles ont fait les beaux jours du FN avant de passer dans le soutien à Sarkozy. Que feront-elles demain ? Vont-elles demeurer sensibles au volontarisme de l’hyperprésident, renouer avec des votes extrêmes ou s’exclure durablement du jeu par désespoir ? Cette question reste sans réponse aujourd’hui.

Faute de sondage par CSP encore disponible, l’indice le plus net de cette désertion des catégories populaires est évidemment l’importance du vote écolo, vote bobo par excellence : près de 20% quand on ajoute les scores de l’alliance écologique à ceux d’Europe écologie au niveau national, mais près de 30% dans la capitale et seulement 12.8% dans le Pas de Calais.

Cette sous participation des catégories populaires a certainement pénalisé les partis les plus protestataires. Le sondage jour du vote de TNS Sofres nous apprend que la moitié des abstentionnistes ont été motivés par un mécontentement soit à l’égard des partis, soit à l’égard de l’Europe. Par ailleurs, les décisions de dernière minute (comportement caractéristiques des catégories populaires) concernent surtout les votes NPA et Front National (25 % contre 9% pour l’UMP)

Le PS sauve l'essentiel

Certes, c’est une raclée ! Mais compte tenu de ce qu’est devenu le PS et de la nullité de ses arguments de campagne, rabâchés à l’identique depuis 20 ans (l’Europe sociale et la défense des services publics) qu’il y ait encore 17% du corps électoral pour voter pour ce parti moribond relève du miracle ! Malgré son score piteux, le PS est considérablement conforté par l’échec de Bayrou. Son statut d’opposant institutionnel, qui lui garanti sa confortable rente de situation et ses positions dans les collectivités locales, n’a pas été contesté comme les premiers sondages l’annonçaient.

Car, ne nous y trompons pas, le PS n’avait rien à faire de ces élections. Le véritable enjeu pour lui, ce sont les élections régionales de 2010 ! N’importe quel élu socialiste soucieux de garder son poste, sa voiture de fonction et son budget qu’il peut répartir à discrétion, a ce matin additionné dans sa région les voix du PS, des verts et du Modem pour constater qu’il pourrait battre la droite très facilement au mois de mars prochain. Comme les verts ne rééditeront pas leur exploit et que les présidents socialistes bénéficieront de la prime au sortant sans craindre d’être pénalisé par un mauvais bilan (puisque nul citoyen ne sait ce que font les régions), les élus socialistes se voient déjà facilement reconduits à la tête des mines d'or régionales, avec le seul petit inconvénient de devoir accorder un peu plus de place à leurs alliés verts et démocrates.

Un centre-gauche en panne de leader et de projets :

Comme on a pu le voir dans les mouvements des intentions d’opinion, l’électorat PS, Modem et écolo forme un électorat unique et fortement interconnecté, qui pèse près de 40 % des voix (sous la réserve liée à l’abstention indiquée précédemment) Le centre-gauche est donc potentiellement majoritaire en France. Son problème est qu’il n’a ni leader, ni projet.

L’électorat flottant s’est massivement porté, comme on le sentait, sur les écolos, pour la raison simple, qu’ils présentaient le projet le plus lisible et surtout, qu'il avait en son sein le leader naturel de cette vaste coalition. Daniel Cohn Bendit a gagné les élections, un peu grâce à son duel contre Bayrou (où ce dernier a été pathétique), mais surtout lorsqu’il s’est présenté comme le pivot de la future alliance anti-Barroso au parlement, affirmant qu'il aurait besoin de tout le monde "Y compris de toi, Jean Luc" !.

Bayrou a échoué à prendre le leadership du centre gauche. En le sanctionnant par un score minable, les électeurs de la gauche molle lui ont signifié qu’il ne viendrait jamais sur son nom que par défaut, voire par accident, comme lorsque le candidat socialiste s’appelle Ségolène Royal. Hier c’est Daniel Cohn Bendit qui a capté cet électorat de centre gauche en déshérence, demain cela peut être n’importe qui. Bayrou, s’il n’y a vraiment personne d’autre. François Bayrou aperdu beaucoup de sa crédibilité personelle et de son potentiel de leadership dans cette bataille. Hier soir, on sentait même que son pôle écologiste, qu'il a toujours trop négligé, avait comme des envies d'aller voir ailleurs, là où l'herbe est plus verte et les urnes mieux remplies !

Le PS peut donc être rassuré, sauf à présenter pire candidat qu’en 2007, son représentant sera au second tour de la présidentielle de 2012. La mise sur orbite d’un leader présentable constitue donc une urgence absolue pour les socialistes, s’ils ne veulent pas rééditer un nouveau 21 avril.

La bulle verte

Ce pôle de centre-gauche n’a pas davantage de projets qu’il n’a de leader. Car arrêtons les blagues, ! Ce n’est pas avec des films gentillets à base de belles images et de discours gnangnan que l’on construit un projet politique. La sauvegarde du climat, c’est tout de même le mot d’ordre le plus insignifiant de toute histoire de la vie politique ! La mutation écologique est nécessaire, mais qu’on ne fasse pas croire qu’elle peut constituer une réponse à la crise. Elle ne créera que des emplois subventionnés par des finances publiques déjà mal en point et n’apportera pas la moindre décimale de croissance supplémentaire. Que l’UMP s’empare du thème écologique pour se donner un supplément d’âme et masquer son impuissance sur les questions économiques, ce serait compréhensible et logique. La gauche s’enfermerait dans une impasse si elle cherchait à se reconstruire autour de ce thème.

La fièvre verte qui a gagné le pays et l’Europe n’est que le symptôme du désarroi intellectuel qui frappe le système politique depuis le déclenchement de la crise. C’est une valeur refuge quand les autres doctrines sont discréditées.

L’échec des nonistes :

Le scrutin a clairement sanctionné les partis qui ont voulu rejouer la campagne de 2005 en appelant à sanctionner le traité de Lisbonne comme autrefois le TCE. Le Front de Gauche ne parvient pas à faire mieux que le score du PC lors des dernières élections (5%). Libertas perd deux points par rapport à 2004 (4.8 contre 6.8)  Debout la République finit sur le score « honorable » de 1.77% pour un parti si jeune, et aussi peu exposé médiatiquement.

Ces partis ont été probablement victimes de leur position exclusivement critique sans être capable de décrire l’autre Europe qu’ils appelaient de leurs vœux. Quatre ans après le non au TCE, l’opinion attend toujours désespérément le plan B des anciens leaders du non.

De ce point de vue, c’est d’ailleurs l’UMP qui a certainement tenu le discours le plus habile et cohérent, prétendant changer l’Europe et affirmant que cela serait possible avec plus de politique et plus de volonté, comme lors de la présidence française qui a effectivement mis entre parenthèse toutes les institutions de type fédérale.

La renaissance des extrêmes

Les scores des extrêmes doivent être appréciés au regard de la sous représentation des catégories populaires déjà évoquée. Avec une participation normale, leurs scores devraient certainement être majorés d’une dizaine de points. Néanmoins le NPA et le FN font des scores significatifs avec respectivement 4.88 % et 6.34 %

Cumulé avec le score de Lutte Ouvrière (6%) l’extrême gauche est en forte progression par rapport à 2004 (2.56 %) Si la crise s’aggrave (ce dont il n’est pas permis de douter) il est vraisemblable de voir l’anticapitalisme approcher très vite la barre des 10 %.

Le Front National fait quant à lui un score en retrait par rapport à ses dernières performance (6.34 contre 10% aux présidentielles et aux dernières régionales) Ce score moyen cache toutefois de fortes disparités régionales avec des chiffres qui demeurent fort dans les régions ouvrières et populaires du nord et de l’Est de la France (de 8 à 10%)

Marine Le Pen fait d’excellents scores dans sa circonscription (10.9% dans le Nord pas de Calais, 12.5% en Picardie) prouvant ainsi que son discours, exempt de toute xénophobie et violemment critique contre le système économique, est susceptible de séduire une bonne partie catégories populaires. Elle est manifestement l’une des grandes gagnantes de ce scrutin, ce qui n'est que justice compte tenu de sa campagne très efficace. Elle aura marqué des points importants pour la conquête de son parti. Avec elle, un nouveau Front National est en train de naître. Il proposera une concurrence très sérieuse à l’extrême gauche dans la conquête des voix des catégories populaires et des victimes de la crise. Il est d’ailleurs très significatif qu’elle ait comparé son score hier soir, non pas à celui de l’autre liste souverainiste de droite, mais à ceux du NPA et du Front de Gauche.

Voilà pour mon analyse à chaud ... Aurais-je oublié quelque chose ?

Pour une analyse plus fine, il faudra attendre la publication de sondages sortie des urnes avec la répartition des votes par CSP et catégorie d’âge. Je serais très curieux d'examiner les votes majoritaires des catégories qui se sont le plus abstenus.

 

Malakine

Note: 8.00 (1 vote) - Noter cet article -
Format imprimable Envoyer cet article à un ami Créer un fichier PDF à partir de cet article
Signets Sociaux
Mettre en favoris dans Blinklist Mettre en favoris dans del.icio.us Mettre en favoris dans Digg Mettre en favoris dans Fark Mettre en favoris dans Furl Mettre en favoris dans Newsvine Mettre en favoris dans Reddit Mettre en favoris dans Simpy Mettre en favoris dans Spurl Mettre en favoris dans Yahoo Mettre en favoris dans Balatarin Mettre en favoris dans Faceboom Mettre en favoris dans Twitter Mettre en favoris dans Scripstyle Mettre en favoris dans Stumble Mettre en favoris dans Technorati Mettre en favoris dans Mixx Mettre en favoris dans Myspace Mettre en favoris dans Designfloat Mettre en favoris dans Google Plus Mettre en favoris dans Google Reader Mettre en favoris dans Google Bookmarks
 
Les commentaires appartiennent à leurs auteurs. Nous ne sommes pas responsables de leur contenu.
Auteur Commentaire en débat
Déposer un commentaire
Règles des commentaires*
Tous les commentaires doivent être approuvés par un Administrateur
Titre*
Nom*
Courriel*
Site Internet*
Message*
Code de Confirmation*
8 - 3 = ?  
Entrez le résultat de l'expression
Maximum de tentatives que vous pouvez essayer : 10